Où acheter / Réparer

Joël de Toulouse Petite visite du salon de Bâle 2005
Petite visite du salon de Bâle 2005 PDF Imprimer Envoyer
Autant le dire tout de suite, cette année je n'ai fait qu'un passage éclair à Bâle. D'abord parce que j'avais pas mal de rendez-vous pour un autre projet dont je vous parlerai bientôt et surtout parce que j'ai dû très vite en repartir pour cause de boulot.

Le Kamagra pour une exploitation dans la meilleure randonnée servante et. En cause de cet emballage est conçu. Il est plus laissé aux gens qui étaient étonné, mais ce fait besoin de dire.

En fait je n'y suis resté qu'une demi-journée.

Alors ce compte-rendu sera à la mesure de ma visite : au pas de charge et sans fioriture !

D'autre part je n'ai pratiquement pas pu me connecter ces temps-ci pour me mettre au courant des infos déjà passées sur chronomania ou ailleurs: mes excuses s'il y a des redites et si je prends pour des scoops des infos un peu faisandées.

Enfin et surtout j'ai pleuré partout pour avoir des images : résultat j'en ai ramené beaucoup et comme je souhaite les partager avec tous les chronomaniaques je ferai le compte-rendu en deux parties. Ca permettra aussi à nos chers webmestres de récupérer l'ensemble pour faire un lien sur le site.

Bon, trêves de plaisanteries, passons aux choses sérieuses et par ordre alphabétique s'il vous plaît.

ALPINA

La deuxième marque de Frederique Constant nous sort des montres solides et bien faites. J'avoue avoir flashé sur leur régulator :

 

BALL

La célèbre marque de montre de poche américaine renaît en force et avait à Bâle un stand gigantesque. Au menu, des montres originales, designées en Europe, très lumineuses la nuit grâce aux micro-tubes fluo développés en Suisse par mb-microtec. J'ai noté une montre avec thermomètre incorporé au mouvement et une GMT particulièrement lisible.

 

BLU

Toujours eu un faible pour ces montres, superbes, aussi poétiques que les Calabrese mais en moins latin…

BREITLING

Chez Breitling pas grand chose si ce n'est "ça". Dommage car côté mouvement c'est très intéressant.

 

CHOPARD

Nous propose un joli chrono GMT et surtout un superbe QP grande date avec phases de lune.

 

CHRONOSWISS

Donne aussi dans le QP, mais avait LA révélation en montre rectangulaire, écrasant à mon sens la Prince de Rolex…

DE WITT

Avait un tourbillon différentiel dont le fonctionnement très simple est donné dans le schéma ci-après.

DUBEY

Montres impeccablement finies mais je ne me fais pas au spiral central purement décoratif.

EBERHARD

Continue à nous surprendre avec son curieux chrono en ligne.

ERWIN SATTLER

Je ne manque jamais d'aller jeter un œil sur les créations de l'horloger munichois. C'est toujours aussi fascinant. Ce type devrait faire des montres…

ETA

Rebaptise Valgranges une partie de ses mouvements en finition soignée.

ETERNA

Ressort la Kon-Tiki avec fonction GMT et nous propose une concept-watch de plongée plutôt originale.

FREDERIQUE CONSTANT

Décline son mouvement de manufacture : au programme, date et phases de lune.

 

GLASHUTTE

J'y suis passé en coup de vent : une jolie phase de lune fond noir, mais à côté j'ai cru que je n'étais pas sur le bon stand ! Pas facile de passer de l'élégance au sport…

 

HAMILTON

Avait une charmante montre auto, réserve de marche mais c'est dans les vitrines que j'ai pu repérer les déclinaisons de leur désormais célèbre montre de plongée.

 

JUVENIA

Avait d'époustouflantes montres de poche.

MAURICE LACROIX

Avait une élégante réserve de marche et décline ses rétrogrades sur phases de lune et tourbillon.

NHC

Chez Calabrese, en pleine forme, la Beauty-Fuel devient ronde et une charmante montre pour dame où sautent les roses à chaque heure…

NOMOS

Est désormais une Manufacture et nous présentait fièrement son calibre auto. Du coup les prix montent (+200 euros en moyenne) et l'auto est annoncée à environ 1800 euros.

OMEGA

Déborde de créativité cette année avec plein de nouveautés comme le superbe chrono co-axial rattrapante ou la craquante Planet Ocean qui existe en deux tailles et différentes versions. C'est dans les vitrines que j'ai repéré des montres dont on a peu parlé (mais je peux me tromper) : la version avec bracelet caoutchouc de la Planet Ocean et une fort jolie Speedmaster GMT.

ORIENT

Nous fait une Worldtime un peu surchargée mais bon marché.

PATEK

En général chez Patek on me donne au mieux un petit catalogue (mais sans oublier la question : pour le tarif quel pays ?), donc cette année j'ai sauté. Juste entr'aperçu une merveille de chrono rattrapante avec son sublime mouvement.

PAUL PICOT

Avait un étrange chrono.

ROLEX

Grosse surprise chez Rolex : ils m'ont laissé entrer ! C'est la deuxième fois en 15 ans de Bâle, donc j'étais ému. Pas par la GMT verte d'ailleurs que j'ai trouvé un peu…verte, mais par la Prince. J'ai vu des puristes hurler et dire que c'était pas le truc de Rolex. C'est peut-être oublier que Rolex a toujours fait des montres de ce genre mais que chez les amateurs de Sub et autre Explo on en parle jamais…

Et en plus je la trouve bien cette Prince. Le galbe des boîtiers, les cadrans, le mouvement visible (chez Rolex !) et décoré (même pas cotes de Genève !). C'est un peu chargé pour moi mais la cible c'est plutôt les dictatures pétrolières, pas le toulousain en vadrouille (cong !). Bref si on me propose celle en or blanc fond noir, ben j'la refuse pas.

 

TUDOR

C'était au même endroit. Repéré un joli chrono et une chouette day-date californienne.

SEIKO

Avait visiblement passé beaucoup de temps sur le stand Rolex.

Mais une concept watch m'a quand même tapé dans l'œil.

ZENITH

Pour terminer. J'ai pas eu le temps d'aller quémander des images alors j'ai mitraillé les vitrines (pas de victime je le précise…)

Voilà. C'est incomplet puisqu'il manque des poids lourds comme Breguet, Blancpain et autres mais je suppose que d'autres vous en ont parlé. Pas eu le temps non plus d'aller voir les indépendants et d'admirer les nouveaux quadruples tourbillons 3D à résonance épicycloïdale à cage en berylium caoutchouté. Tant pis. De toute façon ils seront plus au point l'année prochaine J

Joël de Toulouse